Vietnam : un douanier gribouille un beau «fuck you» sur le passeport d’une touriste chinoise

, Actualité, Voyage

Une touriste chinoise en voyage au Vietnam a découvert, samedi 23 juillet, que le douanier lui avait laissé un chouette souvenir du pays sur son passeport : un amical “Fuck you” écrit au stylo bleu.

Bien des voyageurs ressentent, au moment de franchir la frontière, une douce excitation. Celle de visiter un nouveau pays, de démarrer une nouvelle aventure et surtout de découvrir le tampon flambant neuf apposé sur leur passeport par un “gentil” douanier heureux de les accueillir.

Cela étant dit, on imagine bien la tête d’une touriste chinoise, Mme Chung, quand elle a découvert, samedi 23 juillet, un chaleureux “Fuck you” apposé sur son passeport à la place du traditionnel visa. Il était là, sur les pages 8 et 24, timidement gribouillé au stylo à bille par un douanier bienveillant alors que la voyageuse se rendait à Ho Chi Minh Ville, au Vietnam.

Des nouveaux passeports biométriques controversés
Mais qu’avait donc bien pu faire la dénommée Chung, originaire de la province de Guangdong, en Chine, pour n’être pas vraiment la bienvenue au Vietnam ? Pas grand-chose, si ce n’est posséder un passeport chinois délivré après 2012.

Cette année-là, la Chine a décidé d’ajouter de nouveaux feuillets aux passeports de ses citoyens. Imprimée sur les fameuses pages 8 et 24, une “grande Chine” intégrant l’ensemble de la mer de Chine méridionale apparaît à l’intérieur du document biométrique.

Un bien joli dessin qui n’est pas au goût de tout le monde : les îles de la mer de Chine méridionale font l’objet d’un contentieux entre la Chine et ses voisins depuis plus d’un demi-siècle. Pour la Chine, qui s’appuie sur une carte de 1947 sur laquelle neuf traits en pointillé délimitent une portion de la zone qui lui appartiendrait, la mer de Chine est bel et bien sienne.

Un “fuck you” pas si anodin
La Chine a beau être catégorique sur ses possesions maritimes, les pays d’Asie du Sud-Est sont loin de partager sa vision des choses. En particulier le Vietnam, qui s’est vite insurgé contre les élans artistiques de la Chine sur son nouveau passeport.

L’administration vietnamienne a d’ailleurs fait savoir qu’elle utiliserait des visas volants au lieu de tamponner les passeports des ressortissants chinois, en signe de mécontentement. Une sentence à priori insuffisante pour le douanier qui a pris en charge le passeport de madame Chung.

L’écart du douanier pourrait bien avoir des retombées diplomatiques graves : l’administration du consultat chinois à Ho Chi Minh a déclaré mercredi 27 juillet qu’elle avait pris connaissance de l’affaire. Elle a dénoncé un acte “honteux et lâche” qui “entache la dignité de la Chine et de ses ressortissants” et a appelé les autorités vietnamiennes à lancer une enquête.

Qui plus est, le “Fuck you” au stylo tombe à un moment où les relations entre la Chine et ses voisins se veulent tendues. Le 12 juillet dernier, la Cour internationale de justice de La Haye a invalidé les vues de la Chine sur la zone maritime dont elle revendiquait la souveraineté.

Mme Chung a quant à elle décidemment tout perdu : elle devra refaire son passeport en rentrant au pays pour pouvoir voyager denouveau, la graffiti l’ayant rendu invalide. Allez Mme Chung, ça ira mieux demain.

Source : Mashable