Vietnam : Alstom va construire le futur métro de Hanoï

Alstom s’est allié à Colas Rail et Thales pour bâtir l’une des quatre lignes du métro de Hanoï au Vietnam et fournir ses rames. Montant du contrat : 265 millions d’euros, dont 190 pour Alstom.
Un groupement d’entreprises tricolores, Alstom, Colas Rail et Thales, vient de décrocher à Hanoï, au Vietnam, une ligne de métro dont le financement est aussi apporté par la France. Au total, le montant de ce contrat s’élève à 265 millions d’euros, dont 190 millions pour Alstom.

«Quatre lignes de métro sont programmées à Hanoï, explique Jean-François Beaudoin, vice-président d’Alstom en charge de la région Asie Pacifique. Elles sont réalisées dans un cadre bilatéral. Deux d’entre elles sont planifiées avec le Japon. Une troisième est actuellement en cours de construction avec la Chine.»

Ainsi, ce métro pourra être construit grâce à «la mobilisation financière de la France, par un prêt du Trésor français et de l’Agence française de développement», a précisé le secrétariat d’État aux Transports dans un communiqué.

Six sites français d’Alstom mis à contribution
Colas Rail réalisera les travaux d’infrastructure de la ligne de 12,5kilomètres et Thales, les télécommunications entre le train et la voie ainsi que le centre de contrôle qui gère le trafic. Alstom, la tête de file du consortium, apportera une solution complète comprenant à la fois l’infrastructure, la signalisation, le matériel roulant et l’ingénierie système. En contrepartie du financement de l’État français, six sites industriels d’Alstom en France seront mis à contribution: Valenciennes, pour la construction des dix trains formés de quatre voitures chacun, Le Creusot et Ornans, pour les bogies et les moteurs, Tarbes, pour la traction, Villeurbanne, pour l’électronique embarqué et, enfin, Saint-Ouen, pour l’ingénierie système et la signalisation. La mise en service de la ligne est prévue en 2021.

Alstom, dont la présence était modeste au Vietnam, mise sur cette nouvelle ligne de métro pour se développer en Asie du Sud-Est où l’urbanisation et la congestion du trafic lui laissent espérer d’autres contrats.

Source : Figaro