Les investisseurs se ruent sur les obligations vietnamiennes

obligation vietnamienne

Selon un récent rapport de la Banque d’Asie pour le développement (BAD), les encours du marché des obligations en dông a connu en 2012 la plus forte hausse de tous ceux des économies asiatiques. Ainsi, au quatrième trimestre 2012, la croissance a atteint 42,7 % en glissement annuel et 17,6 % sur un trimestre. La poussée trimestrielle est même beaucoup plus forte au Vietnam que dans n’importe quel pays d’Asie puisque la deuxième plus importante croissance est de 7,5 %, soit moins de la moitié, aux Philippines.

Le volume total de transactions a été de 25 milliards de dollars sur le dernier trimestre. Pour la BAD, l’une des premières explications de cette croissance vient du fait que le marché vietnamien et celui des Philippines sont les deux plus petits marchés obligataires d’Asie. « Ils ont donc un gros potentiel de croissance et de développement, particulièrement dans leur secteur naissant des obligations d’entreprises », notent les auteurs du rapport. L’autre explication vient surtout d’un besoin croissant d’emprunt de la part du secteur public. Le déficit du budget du Vietnam s’est ainsi établi à 6,2 % du PIB sur les neuf premiers mois de l’année. La croissance l’an dernier a, en outre, été l’une des plus faibles qu’a connu le pays depuis 1999, à 5 %.

Dans un tel contexte, la surperformance du marché vietnamien s’explique par l’expansion rapide de celui des obligations publiques à un taux de 54,6 % en un an avec 24 milliards de dollars. Dans le même temps, le marché des obligations d’entreprises reculait de 47,6 % en glissement annuel à un milliard de dollars d’encours, poursuivant son déclin engagé en mars 2011. « Les nouvelles émissions dans le secteur des entreprises au Vietnam a été sous pression du fait de la combinaison de taux d’intérêt élevés et des inquiétudes des investisseurs sur la qualité de crédit des entreprises alors que les banques vietnamiennes sont devenues plus prudentes dans leur attribution de crédit », explique le rapport.

Un phénomène qui contraste avec les pays voisins comme la Thaïlande ou Singapour, où le secteur obligataire des entreprises a eu des progressions à deux chiffres l’an dernier. Pour le gouvernement vietnamien, pas question d’en rester là. Selon la presse locale, il devrait annoncer prochainement un projet de développement visant à faire passer la taille du marché obligataire dans son ensemble de 18 % du PIB à 38 % d’ici à 2020.

Auteur : Réjane Reibaud