Le blogueur vietnamien Huynh Ngoc Chenh lauréat du prix du Net-citoyen 2013

Le-blogueur-vietnamien-Huynh-Ngoc-Chenh

Le blogueur vietnamien Huynh Ngoc Chenh a été élu jeudi Net-citoyen 2013, un prix remis chaque année par Reporters sans frontières et Google, et récompensant une personne “ayant contribué à la défense de la liberté d’expression sur Internet”, a-t-on appris auprès des deux organismes. En 2013, ce prix décerné depuis 2008 était soumis pour la première fois au vote des internautes. Plus de 40 000 d’entre eux ont choisi parmi neuf “Netizens” nominés par Reporters sans frontières (RSF). Jusqu’à présent, cette récompense était décernée par un jury.

Huynh Ngoc Chenh “est l’un des blogueurs les plus influents au Vietnam. Actuellement, son blog attire environ 15 000 visiteurs par jour mais reste bloqué dans le pays. Ses lecteurs doivent utiliser un logiciel de contournement de la censure (type VPN) pour lire ses articles. Huynh Ngoc Chenh n’hésite pas à critiquer le gouvernement et à défendre la liberté d’expression”, écrivent RSF et Google dans un communiqué.
Vietnam, ennemi d’Internet ?

“Ce prix représente beaucoup pour moi, c’est une nouvelle source d’inspiration. C’est aussi et surtout une récompense et un espoir pour les blogueurs et les journalistes indépendants au Vietnam, tous ceux dont le droit à la liberté d’expression est entravé”, a déclaré Huynh Ngoc Chenh. “Le soutien de la communauté internationale va nous donner encore plus de courage pour poursuivre notre combat pour la liberté de l’information. Il va tous nous aider à surmonter nos peurs et à nous exprimer plus librement”, a-t-il ajouté.

“Ce lauréat permet de mettre en avant la situation au Vietnam, qui est l’un des pays que désigne chaque année RSF comme ennemi d’Internet. Il est classé 172e sur 179 places dans le dernier classement de la liberté de la presse dans le monde. C’est vraiment un pays où les acteurs de l’information en ligne font face à une répression de plus en plus forte”, a déclaré Lucie Morillon, responsable de la recherche chez RSF.

“Dans le monde entier, il y a 25 pays, sur les 150 où on travaille, où nos produits sont bloqués, filtrés, censurés”, a expliqué William Echikson, responsable chez Google de la liberté d’expression pour l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient. “On voulait mettre la lumière sur ce problème qui devient de plus en plus large”, a-t-il ajouté, estimant que les “gouvernements sont mal à l’aise avec le pouvoir des blogueurs et des Net-citoyens”. Le prix, doté de 2 500 euros, sera remis au lauréat ou à un de ses représentants le 12 mars lors de la Journée mondiale contre la cyber-censure.

Source : Le Point