La retraite

De nombreuses démarches sont à accomplir lorsque l’on décide de quitter la France pour passer sa retraite au Vietnam. Pour percevoir sa retraite dans son nouveau pays d’adoption, le retraité expatrié doit vérifié si son pays d’adoption a passé une convention bilatérale de sécurité sociale avec la France (voir la liste des pays concernés ici). Pour le Vietnam, ce n’est malheureusement pas le cas. Mais ce n’est pas totalement perdu. Il vous faudra vous renseigner et voici les démarches à suivre :

Pays sans convention bilatérale :
Dans ce cas, les différentes retraites sont liquidées séparément. Il ne peut pas y avoir de totalisation des périodes de travail effectuées dans les différents pays. Cela signifie qu’il faut être très attentif aux conditions émises par le pays d’accueil pour toucher sa retraite. Certains pays par exemple demandent à ce que le bénéficiaire soit résident. Il est donc conseillé de souscrire à l’assurance volontaire auprès de la Caisse des Français de l’étranger.

La Caisse des Français de l’Etranger (CFE)
Organisme privé sous la tutelle du Ministère de l’emploi et de la solidarité, et du Ministère de l’économie, des finances et de l’Industrie, la CFE gère la sécurité sociale des expatriés, qu’ils soient salariés ou non. Vous pouvez, si vous souhaitez bénéficier d’une retraite de base complète, cotiser auprès de cette caisse, en plus des cotisations éventuelles dont vous devez vous acquitter dans le pays où vous travaillez. Le calcul des cotisations de la CFE est basé sur les barèmes exacts de la sécurité sociale française. Vous pouvez adhérer à la CFE, à titre individuel ou par le biais de votre entreprise, dès lors que vous travaillez à l’étranger et que vous possédez la nationalité française. La CFE assure ainsi la continuité avec le régime de retraite français.
Pour en savoir plus : Caisse des Français de l’Etranger (CFE)

Le rachat des cotisations
Vous pouvez racheter vos périodes d’activité à l’étranger auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse et ainsi bénéficier d’une retraite de base complète. Pour cela, il faut vous adresser soit à la Caisse Chargée du Risque Vieillesse (CRAM) de votre lieu de résidence en France, soit à la CRAM de votre choix si vous résidez à l’étranger.
CNAV : www.retraite.cnav.fr

La retraite complémentaire des salariés expatriés
En plus de la retraite de base, vous pouvez cotiser pour vos retraites complémentaires soit auprès de vos caisses habituelles, soit auprès de caisses spécialisées qui sont la Caisse de Retraite des Expatriés (CRE) pour les employés ou l’Institution de Retraite des Cadres et Assimilés de France et de l’Extérieur (IRCAFEX) pour les cadres. L’adhésion se fait soit à titre individuel, soit par le biais d’une entreprise (contrat collectif).

Important : pour pouvoir calculer votre retraite, il vous faudra une preuve de salaire : fiches de paie, contrat de travail, coordonnées de vos employeurs.

Votre statut à l’étranger

Salarié détaché :
Si votre employeur a choisi de vous maintenir au régime de protection sociale français pendant votre ou vos mission (s) à l’étranger, vous êtes « salarié détaché » et bénéficiez des mêmes droits que les Français travaillant sur le sol national. Ainsi, vos périodes de détachement seront prise en compte dans le calcul de votre pension de retraite française. Vous cotiserez donc de la même manière que si vous étiez resté en France. Pour la retraite complémentaire, pas de changement non plus, en fonction, vous continuerez à cotiser auprès de l’ARRCO ou de l’AGIRC, notez simplement que le montant des cotisations pour la retraite complémentaire est calculé en tenant compte des primes et autres avantages en nature. L’employeur doit effectuer toutes les démarches nécessaires. Sachez que certains pays non liés par une convention de Sécurité sociale avec la France, peuvent vous imposer de cotiser au régime local de retraite. Dans ce cas, renseignez-vous sur la possibilité de percevoir une double pension.

¤ Salarié expatrié  :
Vous ne relevez plus de la sécurité sociale française, vous dépendez désormais des caisses de retraite du pays où vous travaillez. Cependant, vous pouvez cotiser à titre volontaire pour votre future retraite. Selon votre destination, vous pouvez également bénéficier des avantages des accords communautaires et/ou internationaux de Protection sociale signés avec la France. En tant que salarié expatrié, vous pouvez bénéficier d’un régime de retraite de base complet, en adhérant à titre volontaire à l’assurance vieillesse de la Caisse des Français de l’Etranger (CFE) qui fait office de caisse de sécurité sociale pour les expatriés français, ou encore effectuer un ‘rachat de cotisation’ auprès de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV).