La communauté asiatique manifeste à Paris pour dénoncer le racisme (vidéo)

Face au racisme dont elle se dit victime, la communauté asiatique a manifesté ce dimanche 4 septembre à Paris, pour réclamer “la sécurité pour tous” et plus d’ “effectifs policiers”. L’agression mortelle d’un Chinois de 49 ans, début août, a été le déclencheur de la mobilisation.

Un collectif d’associations des communautés chinoise et asiatique de la région parisienne avait appelé à manifester ce dimanche 4 septembre à Paris à 14h, entre les places de la République et de la Bastille.

De nombreux membres de ces communautés dénoncent des agressions à répétition à leur encontre, et le dernier drame en date, début août, a provoqué leur fureur : la mort de Zhang Chaolin, un couturier chinois de 49 ans, suite à son agression à Aubervilliers en Seine Saint Denis – 3 personnes, 2 mineurs et un majeur de 19 ans ont été mis en examen et placés en détention dans cette affaire.

dénoncer le racisme anti-asiatique2

Recrudescence des agressions, aggravation des violences
Le mot d’ordre de la manifestation était simple : ils réclament “la sécurité pour tous”, plus d’ “effectifs policiers” et entendent dénoncer un “racisme anti asiatique”. Car selon Me François Ormillien, qui représente les associations à l’origine de la manifestation, “il y a un vrai besoin de sécurité”. Les asiatiques où français d’origine asiatique demandent à “pouvoir rentrer chez eux en sécurité, ce n’est pas le cas aujourd’hui”.

“Cela fait longtemps que les associations disent qu’il y a un vrai risque pour la communauté chinoise, poursuit l’avocat, mais il a fallu cet évènement dramatique pour qu’il y ait une réelle prise de conscience aujourd’hui”.

Maître Ormillien estime que “depuis la fin de l’année 2015, il y a une recrudescence des agressions et une aggravation de ces violences”. C’est ce qui a poussé la communauté chinoise à s’organiser pour essayer “de lutter contre ce phénomène”.

L’acteur Frédéric Chau se mobilise
Le comédien d’origine vietnamienne de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? a participé ce dimanche au rassemblement à Paris pour dénoncer le racisme dont est victime la communauté asiatique. Après l’agression mortelle de Zhang Chaolin à Aubervilliers, la communauté asiatique s’est mobilisée ce dimanche 4 septembre pour sa sécurité. Parmi ceux qui sont venus défiler à Paris entre la place de la République et la place de la Bastille, Frédéric Chau était présent.

Frédéric Chau se mobilise pour dénoncer le racisme anti-asiatique

L’humoriste et acteur, connu du grand public notamment grâce à la comédie à succès Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu?, espère sensibiliser l’opinion sur les clichés dont sont victimes les Asiatiques et les menaces que ces clichés font peser sur eux. Sur France Info, Frédéric Chau explique: “Il y a par exemple ces préjugés que tous les Chinois ont du cash sur eux. Et les préjugés, ça reste des préjugés, on reste des cibles assez faciles.”

“Envie de manifester ces injustices”

“Ma communauté et les Asiatiques de manière générale sont une communauté de culture assez introvertie. On n’est pas à manifester des choses, à se mettre en avant. On est plutôt en retrait”, poursuit Frédéric Chau, assurant qu’aujourd’hui, les nouvelles générations “revendiquent cette forme d’injustice et ont envie de manifester.”

dénoncer le racisme anti-asiatique

Pour sensibiliser notamment l’opinion sur ce racisme anti-asiatique, le comédien a réalisé et mis en ligne un spot en mémoire de Zhang Chaolin, devenu le symbole de l’insécurité subie par la communauté asiatique. Le 7 août dernier, ce couturier de 49 ans, père de famille, avait été agressé mortellement par trois jeunes qui voulaient lui voler son sac, en pleine rue, à Aubervilliers. Cette agression dans cette commune du nord-est parisien, avait suscité une vive émotion alors qu’une importante communauté chinoise est implantée dans la ville.

Intitulée Sécurité pour tous, cette vidéo tournée en noir et blanc voit personnalités et anonymes de toutes origines s’exprimer chacun leur tour face caméra, clamant des phrases fortes comme “Les préjugés tuent”, “Silence, on assassine” ou “Où est la liberté si sortir nous tue ?”. Josiane Balasko, Michel Boujenah, Jean-Baptiste Shelmerdine, Shirley Bousquet, Pascal Sellem ou encore Edouard Montoute apparaissent notamment dans ce clip.

Vidéo : Frédéric Chau
Source : FrancetvInfo et BFMTV