Comment les investissements étrangers transforment le Vietnam

Nguyen Thi Thanh Loan a passé son enfance dans les champs avec tout juste assez pour manger chaque jour. Aujourd’hui, son univers c’est l’usine Ford à l’est d’Hanoï: un emploi qui lui permet notamment d’acheter du lait importé et des jouets dernier cri à ses enfants. Elle fait partie des millions de Vietnamiens dont la vie a été transformée par les effets de la mondialisation et l’afflux d’investissements étrangers dans cette nation pauvre qui a aujourd’hui l’une des croissances les plus soutenues d’Asie.

Dans le passé, les enfants n’avaient pas beaucoup de vêtements ou de nourriture, mais la vie s’est améliorée car les parents ont obtenu des emplois en usine“, explique cette ouvrière automobile de Hai Duong, à 50 kilomètres de la capitale vietnamienne.

Devenue une économie exportatrice, le Vietnam affiche depuis cinq ans une croissance annuelle de plus de 5%. “En s’ouvrant au niveau mondial, au niveau régional, le Vietnam a clairement récolté les fruits de la mondialisation”, estime Ousmane Dione directeur Vietnam pour la banque mondiale ajoutant que la réduction de la pauvreté dans le pays a été “l’une des plus spectaculaires de la dernière décennie”. Et même si l’avenir du partenariat transpacifique (TPP), négocié pendant des années par Washington avec onze pays de la région Asie-Pacifique est menacé par l’arrivée au pouvoir aux Etats-Unis de Donald Trump, le Vietnam a promis de continuer sur la voie du libre-échange.

Hai Duong, comme de nombreuses autres villes vietnamiennes a radicalement changé depuis que Ford a ouvert ses portes il y a 20 ans. Cette zone autrefois agricole a aujourd’hui une autoroute à quatre voies au milieu d’une flopée d’usines appartenant à des groupes étrangers qui y fabriquent composants électroniques, vêtements ou chaussures de sport. La propre fille de Donald Trump, Ivanka, fait fabriquer dans le pays des articles pour sa collection de vêtements

Source : AFP